« Une ceinture de feuilles » de Patrick White

ceinture de feuillesA travers ce roman de près de 400 pages, Patrick White, prix Nobel de littérature en 1973, nous décrit Helen Roxburgh, aux prises avec les codes respectifs de la société anglaise , puis australienne. Paysanne d’origine, son époux la modèle pour la transformer en une dame de la haute société. Au retour de leur voyage en Australie où ce gentleman anglais, en compagnie de sa femme , a rendu visite à son frère, leur bateau fait naufrage et les rescapés sont massacrés dès qu’ils abordent la plage d’une île peuplée d’indigènes. Seule survivante, Ellen devient leur esclave, doit survivre en retrouvant ses instincts originels. Son seul lien avec le monde civilisé reste son alliance cachée dans la ceinture de feuilles qui voile sa nudité. Sa sensualité profonde émerge face à son sauveur , un forçat en fuite, un être fruste et violent qui la ramène dans le monde civilisé. Ellen montre cette adaptabilité à son environnement aussi hostile soit -il!

Outre la narration de la vie tumultueuse de l’héroïne, l’auteur nous projette dans ce roman le conformisme d’une anglaise de la bonne société victorienne où l’hypocrisie suinte à travers la rigueur, la maîtrise et la souplesse du caractère.

Fab

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s