QUAI DES CHARTRONS (Jean Paul MALAVAL) 2002

0426557_1L ‘ aventure des descendants corréziens des  PIERREBRUNE et MANDELBOS, commencée dans le précédent roman « les vignerons de chante grêle » se poursuit en cette fin du 19ème siècle : deux cousins, Gaspard et David souhaitent investir dans le Médoc ou les vignerons replantent après la crise du phylloxéra .Ils  s’associent à Castillard  ,homme d’ affaires de Périgueux qui leur apporte 50% des fonds pour constituer une société viticole qui achète 5 hectares de vignes ; cette acquisition déclenche l ‘ hostilité du syndicat des vignerons , défenseur des « appellations contrôlées »instaurées en 1855 , sous le second empire !!!

Castillard , industriel influent chez les notables bordelais compte bien imposer son nouveau cru «  le clos Marzacq »dans les grands vins de Bordeaux : il obtient une dérogation pour défricher 20hectares de pinèdes transformées en terres viticoles en 1899 tandis que ses 2 associés , sous couvert d’ un « prête nom » acquièrent un chai sur le prestigieux « quai des Chartrons » celui des négociants de Bordeaux .

Gaspard, directeur des chais doit décrocher une médaille d’or pour son domaine à l’exposition universelle de PARIS en 1900 pour rentabiliser les investissements de la société : il découvre alors un univers « balzacien »ou les honneurs, titres et récompenses s’achètent au prix fort auprès des gens influents !!!!

Il s’ acoquine à un fondé de pouvoir de la banque Mallet pour monter sa propre affaire de négoce de vins d’ Algérie et de petits vins locaux destinés au marché américain «  le château Pradillac »sans prévenir ses associés !!! Amant de la femme de son banquier, Gaspard se fraye un chemin vers le conseil d ‘ administration d’une société maritime bordelaise qui lui ouvre la porte des armateurs .Hélas, les revendications des journaliers et grèves éclatent dans tout le Médoc à partir de 1905 : la surproduction s’ installe , entrainant la chute des cours alors que les charges des vignerons explosent. les 2 cousins se fâchent : David et son épouse  peinent sur le domaine ou les dettes s’ accumulent…mais comme Gaspard , les négociants s’ en sortent en pratiquant le « coupage » des grands crus bordelais avec des vins  locaux  ou algériens  vendus sur les marchés américains !!!

Si la guerre de 1914 mobilise les trois quarts des journaliers des exploitations viticoles, elle profite à Gaspard devenu armateur avec le soutien du Crédit Lyonnais : grâce aux commandes militaires, il ravitaille les troupes en organisant le cabotage entre Bordeaux et les ports anglais. Le débarquement des américains à partir de 1917 occupe toute la flotte de commerce mais sonne la « déchéance » de Gaspard : sa maitresse, désespérée par la mort de son mari le fuit mais surtout disparait en mer en 1926 en lui laissant une fille en charge !!!

jean

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s