Ce cauchemar qui n’en finit pas comment le néolibéralisme défait la démocratie : Pierre DARDOT Christian LAVAL ( 2016)

 

image-ce-cauchemar

Les 2 auteurs s’appuient sur une lecture marxiste de la crise financière de 2008 pour démontrer que le NEO LIBÉRALISME et ses acteurs (banques centrales et internationales, institutions européennes, FMI et gouvernements)  forment une sorte d’oligarchie qui contourne l ‘ expression des citoyens et donc la démocratie :

Ils s’appuient sur l ‘ étude de la crise politique grecque de 2015 lorsque le parti de la gauche radicale SYRIZA ,    au gouvernement ,essaie de renégocier une dette publique qui atteint 200% du PIB !!!

Lors d’un entretien accordé au journal MEDIA PART en septembre 2015 le ministre grec de l ‘ économie (démissionnaire) VAROUFAKIS explique le chantage du président de l ‘ euro groupe (états utilisant l ‘ euro) :

« Soit vous signez le mémorandum, soit votre économie va s’effondrer : comment ? NOUS ALLONS FAIRE TOMBER VOS BANQUES »

Ce type de chantage, déjà utilisé en Irlande en 2010 et CHYPRE en 2013, démontre que aucun changement économique ne peut venir des institutions européennes : l ‘ arme de la dette s’avère plus efficace que la dictature militaire car elle autorise le chantage à l ‘ emploi, l ‘ asphyxie financière et la privatisation sous le même nom de CRISE, pour imposer la baisse des salaires et des pensions de retraite !!!

4 composantes sociologiques diffusent l ‘ orthodoxie «  néolibérale »

1) Les membres des gouvernements et hauts fonctionnaires internationaux

2) les acteurs financiers : banques et fonds de pension

3) les grands médias d’opinion et de divertissement

4) les institutions universitaires et éditoriales, diffuseurs du discours de crise

Avec une droite conservatrice et une gauche sociale-démocrate dont les représentants cumulent les mandats et appliquent ce même dogme libéral, la démocratie semble réduite à une illusion tout comme la notion d’état providence qui exerce sa protection en faveur des investisseurs et experts en niches fiscales !!!

La seule alternative demeure selon les 2 auteurs  celle d’une démocratie de la base comme celle du mouvement PODEMOS en Espagne qui s’appuie sur les réseaux de l ‘ économie sociale et solidaire et des assemblées de quartiers.

jean

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s