« Comment on meurt » de Zola

Le maître du naturalisme du  XIXème  siècle présente, à travers cette nouvelle en cinq chapitres, la fin de vie de cinq personnages caractérisant un rang social : du noble comte de Verteuil en passant par la bourgeoise Madame Guérard, la papetière Adèle, le fils d’ouvrier Morisseau pour finir par le paysan Lacour.

En une cinquantaine de pages, Zola dépeint la comédie sociale à l’approche de la mort, thème récurrent dans son œuvre en décrivant à chaque fois l’agonie, le décès et l’enterrement. Il s’attarde surtout sur l’entourage et ses réaction ; chaque chapitre développe des émotions différentes : la compassion, la détresse, la convoitise, la sérénité.

Ainsi l’auteur démontre que l’argent n’aide pas à mourir, il n’est même d’aucun réconfort. Le seul qui attend la mort avec sérénité demeure le paysan qui vit au quotidien en accord avec la nature.

Fab

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s