« Collaboration horizontale » de Navie et C. Maurel (2017)

Rose explique à sa petite fille Virginie le grand amour interdit de sa vie qui la replonge dans le quotidien des femmes d’un immeuble d’une grande ville pendant la deuxième guerre mondiale. Nous sommes en 1942 : des innocents sont exterminés, des résistants luttent en secret, les soldats survivent ou meurent dans des camps.

Ce récit fouille l’ombre de chaque appartement, montrant la résistance de certains face à l’ennemi, la surveillance et la suspicion envers les voisins (et surtout voisines), l’entraide des unes, la jalousie des autres, la survie à tout prix et par n’importe quel moyen, la délation et surtout l’amour interdit entre les deux camps malgré la guerre : celui qui attache Rose et Mark, officier allemand qui, par passion, ne dénonce pas la famille juive cachée dans la maison commune. Cet amour réel, pur entre deux êtres qui ont oublié le contexte dans lequel ils vivaient ne peut pas résister aux événements et le couple n’échappera pas  à son destin : la mort pour l’un, la honte et l’humiliation pour l’autre.

Cette bande dessinée souligne toutes les actions atroces que l’être humain accomplit en temps d’hostilités  (actions occultes ou revendiquées en invoquant cette époque conflictuelle ou en s’appuyant sur le vainqueur du moment).

Une leçon d’histoire !

Fab

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s