« Ailefroide altitude 3954 » de Bocquet et Rochette (2018)

Cette bande dessinée trace l’itinéraire de Jean-Marc Rochette : fasciné par le peintre Soutine et plus particulièrement le tableau le bœuf écorché, il crayonne, dessine pour fuir des études peu attrayantes. Mais une autre échappatoire plus physique s’offre à lui, l’alpinisme, qu’il découvre grâce à son ami Sempé. S’il mène ces deux passions simultanément, la montagne occupe toute son adolescence avec ses difficultés, ses risques pour aboutir au sommet où l’attend la beauté suprême.

Mais peu à peu, des moments terribles (accident, décès de coéquipiers) remettent en question cet enthousiasme et orientent Rochette vers la bande dessinée et la peinture.

Cette quête initiatique s’appuie sur un dessin aux couleurs souvent froides, aux lignes renforcées de noir et aux traits hachurés, suggérant la dangerosité des éléments surmontés par l’auteur pour trouver sa voie.

Ailefroide, c’est l’aboutissement de deux passions qui s’entrecroisent.

Fab

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s